PORTFOLIO

Lion en Art Polygonal | Comme une envie de rugir

airnewart-art-polygonal-lion-ardeche-510px_1_1

Année : 2021

Description du projet : je vous présente ici une création digitale en mode ‘art polygonal’. Croyez-le ou non, ce lion n’est composé que de triangles… ils sont plus de 2050 ! Et chacun d’entre eux a été tracé puis coloré manuellement. Suivez-moi, je vous en dis plus…

L’art polygonal, kézako ?

En anglais on parle de « polygonal art design », je l’ai traduit textuellement par ‘art polygonal’. Voilà la définition que j’en donnerais : il s’agit de l’agencement de formes géométriques simples, des polygones, pour créer une illusion de texture, de profondeur et ainsi donner forme à une oeuvre à la fois minimaliste et complexe. Une image vaut mille mots, voilà donc un zoom sur l’œil du lion :

airnewart-art-polygonal-lion-ardeche-510px_1_2

Combien de temps pour tracer ces 2050 triangles ? Pourquoi ?

On me demande souvent combien de temps ça m’a pris. Sans complexe je vous réponds : j’ai mis plus d’une semaine à hauteur de 10h par jour. Pour la petite histoire, à l’époque je travaillais sur un vieux PC Windows… je vous laisse imaginer ma frustration chaque fois que le logiciel plantait !

On me demande aussi parfois quel est l’intérêt d’y passer autant de temps, En vérité je pense que c’est propre à chacun, pour ma part voilà ce qui me motive quand je commence un projet de ce type :

  • L’esthétisme : j’adore le rendu, cette profondeur qu’on peut créer avec des formes si simples.
  • Le plaisir de la réalisation : tracer en vectoriel et colorer manuellement chaque polygone est laborieux, je dois l’avouer. Mais à l’instant où je dézoome et où je vois se profiler les formes (les yeux ou la crinière ici) j’en oublie tout le reste et la magie opère !
  • La possibilité de zoomer à l’infini : c’est le travail au format vectoriel qui le permet, cela permet des impression en grand (voire très grand) format.
  • Le ‘poids plume’ de l’image au format digital : une image créée selon cette méthode est bien moins volumineuse qu’une photo si elle est exportée correctement. Donc au delà de l’aspect visuel j’y vois un moyen de limiter l’empreinte carbone d’un site internet. En effet, une fois la création finalisée il suffit d’exporter l’image au format png en prenant soin de choisir les dimensions adéquates, en fonction de la taille d’affichage prévue.

Impression sur toile

Ci-dessous les caractéristiques :

  • Format : je conseille de partir sur du 75×50 cm pour pouvoir apprécier le travail réalisé.
  • Toile montée sur châssis en bois

Pour plus d’informations n’hésitez pas à me contacter : airnew.art@gmail.com – 07 81 48 70 72.